Incendie


INCENDIE D'ORIGINE DOMESTIQUE

 

Par
Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret



Il était à peine 20h00, hier dimanche 27 novembre,  lorsqu'un incendie d'origine domestique s'est déclaré dans la cuisine d'un appartement situé au 4ème étage d'un immeuble R+10, rue de Béthisy à Noisy-le-Sec en Seine-Saint-Denis. (Photo 1 ci-dessus). Il s'agit d'un immeuble appartenant à la Sémino et régulièrement entretenu par ce bailleur social, dont le Maire est président.

Excellentes réactions d'un noiséen et de la gardienne d'astreinte

Fort heureusement, le feu a démarré en début de soirée, les locataires étaient donc réveillés.

Ainsi,  avant même que les Sapeurs-Pompiers de Paris n'arrivent sur place, malgré leur légendaire célérité (premier véhicule sur place moins de dix minutes après l'appel), un jeune Noiséen et la gardienne d'astreinte avaient réussi à évacuer les habitants logeant dans les étages inférieurs, dont une personne à mobilité réduite, suivis de locataires qui avaient réussi à quitter les lieux et les regrouper à l'extérieur afin de vérifier que personne ne manquait à l'appel. On ne pouvait pas faire aussi bien !  Un sens civique qui méritait d'être souligné, tout en respectant bien volontiers leur désir d'anonymat.

Maîtrise rapide du feu

Les Sapeurs-Pompiers de Paris ont engagé très rapidement de nombreux véhicules, justifiés par la hauteur du bâtiment et les risques de propagation : Une échelle, trois fourgons, une CRAC et une VL ainsi qu'une ambulance, venus d'au moins trois casernes différentes [1]. Les sapeurs-pompiers se sont rendus maîtres du feu en à peine plus d'une demi-heure (Photo 2 ci-dessus et photo 3 ci-dessous).

C'est principalement la phase d'extraction des fumées et de sécurisation des logements qui a nécessité le plus de temps, les sapeurs-pompiers ayant vérifié qu'aucun foyer résiduel ne subsistait après l'extinction, dans l'appartement d'où est parti l'incendie, mais également les appartements alentour. Une opération facilitée en particulier par l'utilisation d'une caméra thermique permettant de vérifier chaque recoin voire des endroits inacessibles.

Un blessé léger


Le SAMU 93 avait dépêché sur les lieux deux véhicules de réanimation : Un véhicule léger rapidement suivi d'une ambulance (photo 4 ci-dessous). Fort heureusement, après avoir examiné quelques personnes, une seule a été déclarée blessée léger par inhalation de fumées d'incendie : Il s'agit de la locataire du logement d'où est parti l'incendie. Elle a été évacuée sur l'hôpital de secteur (CHI André Grégoire à Montreuil) par l'ambulance des sapeurs-pompiers pour observation. Selon nos informations, son état de santé n'inspirait aucune inquiétude (photo 5 ci-dessous).

 

Une Police Nationale efficace

Alors que les Sapeurs-Pompiers de Paris en étaient à la phase d'attaque du feu, la Police Nationale est arrivée très rapidement sur place. D'une part pour s’assurer que les habitants du l'immeuble étaient en sécurité, établir le nécessaire périmètre de sécurité pour faciliter les opérations de secours, protéger les victimes ainsi que les nombreux passants, et bien sûr démarrer l'enquête. Ainsi, ce ne sont pas moins de sept équipages venus de Noisy-le-Sec et Bobigny renforcés par des équipes de  Bondy, Montreuil-sous-Bois et Rosny-sous-Bois qui sont intervenus (Photo 6 ci-dessous).


S'ils se sont concentrés sur la sécurité des lieux pendant l'intervention des sapeurs-pompiers, ils se sont montrés particulièrement efficaces pour gérer, conjointement aux soldats du feu, la période de réintégration des logements, appartement par appartement, étage par étage.


Incendie d'appartement à Noisy-le-Sec

Le Maire et le Directeur de la Sémino sur place

Laurent Rivoire (NC), Maire de Noisy-le-Sec s'est rendu immédiatement sur place pour s’enquérir de l'état de santé des habitants. Plusieurs autres élus l'ont rapidement rejoint dont Pierre Lerenard, élu d'astreinte, Ahmed Mazouz, Maire-Adjoint en charge de la jeunesse, et Alexandre Benhaïm, Adjoint en charge des affaires scolaires, puisqu'il a été un temps envisagé d'ouvrir l'école Pierre Brossolette située juste en face pour héberger les nombreux habitants évacués. Une ouverture qui n'a pas été rendue nécessaire grâce à l'efficacité des sapeurs-Pompiers. Dès 21h30, fonctionnaires de Police Nationale et Pompiers de Paris entamaient méthodiquement les opérations de réintégration des logements.

Le Directeur de la Sémino s'est également rendu sur place, l'appartement d'où s'est déclaré l'incendie étant actuellement inhabitable, le relogement de sa locataire sera nécessaire.


Quelques enseignements sujets à réflexion

Respecter les accès pompiers :


Il est heureux que la rue Béthisy n'ait pas été encombrée par des véhicules mal stationnés.Nous avons souvent évoqué les accès pompiers ces derniers temps et nous ne pouvons que réitérer nos observations : Savoir renoncer à un stationnement facile surtout s'il entrave un accès des secours. La rue Béthisy, sur ses deux entrées, doit impérativement rester libre. L'incendie d'hier soir l'a prouvé et a sans aucun doute été rapidement maîtrisé grâce au libre accès dont les secours ont bénéficié.


Excellente réactivité des locataires : Un exemple à suivre

Les fumées toxiques d'incendie et la chaleur du foyer ont tendance à se diriger vers le haut. Il était donc logique d'évacuer tous les logements situés dans les étages inférieurs de l'incendie.Le regroupement et le comptage des évacués fût un excellent réflexe et a sans aucun doute facilité les opérations de secours à victimes.

Si les établissements recevant du public (des écoles par exemple) font l'objet au moins une fois par an d'un exercice d'évacuation, paradoxalement la loi ne l'impose pas dans ce type d'immeuble d'habitation présentant pourtant plus de risques. Les amicales de locataires peuvent être un vecteur d’organisation de ce type d'exercice afin que chaque appartement soit recensé (nombre d'habitants par logement), les chemins d'évacuation repérés et le point de rassemblement connu de tous. De même, recenser préalablement les personnes vulnérables (personnes âgées, porteuse de handicap,..) car elles nécessiteront des moyens particuliers pour les évacuer.

 

Il est également utile de repérer la vanne de barrage de gaz qui alimente le bâtiment, à fermer au plus vite pour éviter tout risque d'explosion. Cette vanne ne devra être réouverte que par les secours spécialisés puisqu'il faut vérifier chaque appartement lors de cette opération.

Pour rappel important, en cas d'incendie, il ne faut surtout pas utiliser les ascenseurs.

Pour ce qui concerne les étages supérieurs à l'incendie, il est généralement préférable de ne pas quitter son logement au risque de se retrouver dans une cage d'escalier toxiquement polluée par les fumées d'incendie : Cela peut être rapidement mortel. Une porte palière régulièrement humidifiée est un pare-feu généralement efficace pour attendre les secours en n'oubliant pas de calfeutrer par des serviettes humides les bas de portes. Ensuite il suffit de faire connaitre sa présence aux secours par une fenêtre la plus éloignée du foyer.

L'horaire : Un facteur chance


Il est heureux que l'incendie se soit déclaré en tout début de soirée, à une heure où presque personne ne dort. En revanche, si un tel incendie s'était déclaré plus tardivement dans la nuit, le bilan humain aurait pu être bien plus grave. Cet incendie est donc l'occasion de rappeler l'utilité d'équiper son logement de détecteurs de fumées et de monoxyde de carbone. Ces appareils ne coûtent pas cher et peuvent sauver des vies. De même l'achat d'un extincteur de 2Kg de poudre ABC facilement accessible peut se révéler utile pour les feux de cuisines qui sont la pièce la plus à risque. Nous y avions consacré un article le 17 novembre dernier.

 

Prévoir l'accueil des réfugiés au plus vite

Là, ce sont plus les élus et  les services municipaux qui sont concernés. L'école Pierre Brossolette, située juste en face, aurait sans doute pu être ouverte immédiatement pour accueillir tous les locataires. Ainsi regroupés en un seul lieu, cela aurait facilité leur comptage, de leur apporter un soutien psychologique, mais surtout leur aurait permis de les faire patienter au chaud en toute quiétude. Notre Comité local de la Croix-Rouge serait sans doute un acteur efficace sur ce genre de site temporaire. De même, il ne serait pas inutile de réfléchir à un véhicule d'astreinte spécialement équipé pour apporter boissons chaudes, couvertures,... Nous avions évoqué ce point particulier dans un récent article-fiction...



[1] Pour les amateurs de pompiers : 1 EPA (échelle pivotante automatique), 2 PS (fourgons de premier secours), 1 VSAV (Véhicule de secours à victimes) et 1 VL Officier (Ces quatre véhicules venant du centre de secours de Bondy qui couvre Noisy-le-Sec en premiers départ), ainsi qu'une CRAC (Camionnette Réserve d'Air Comprimé) de Pantin et un FPT tout neuf (Fourgon Pompe-Tonne) venu de Montreuil-sous-Bois.

 

__________________________________________________________________

Nos articles récents


- Internet : Le droit « moral » d'une photographie est inaliénable
- Insolite : 
La Police Nationale patrouille... à cheval dans Noisy-le-Sec
- Police Municipale : 
Encore du nouveau à la Police Municipale de Noisy-le-Sec : Treize à la douzaine
- Seniors : 
Et encore un problème de main courante à la mairie de Noisy-le-Sec : Et si nous prenions un peu de hauteur ?

- Drame : Il se défenestre du 10ème étage : Son épouse retrouvée décédée à leur domicile
-Sécurité publique : Des démarchages abusifs auprès des particuliers et des commerçants
- Santé publique : 
Le mortel danger de l'hiver : 5000 blessés et 90 morts par an pourraient être évités
- Incendie : 
3 morts et 25 blessés, dont 3 graves, lors de l'incendie dans une tour
- Solidarité : La région Ile-de-France manque cruellement de sang


  

Références

JENB Productions ; JENB Productions sur Dailymotion ; Site officiel de la Brigade des Sapeurs-Pompiers :


Auteur

Jean-Emmanuel Nicolau-Bergeret
© 28 Novembre 2011 - JENB PRODUCTIONS (Noisy-le-Sec)